Pour travailler au Japon avec un visa étudiant vous devez :

  1. Rendez-vous sur le site de l’immigration et téléchargez le document de demande de dérogation
  2. Renseignez ce document
  3. Prévoyez votre passeport et votre carte de résident étranger
  4. Déposez le dossier au bureau de l’immigration
  5. Une fois obtenue, la dérogation vous autorisera à travailler un maximum de 28h par semaine
  6. Attention, il est conseillé de vous rendre très tôt à l’immigration, ses services sont très souvent bondés

Vous souhaitez vivre et étudier au Japon, mais sans autorisation de travail ce rêve vous semble impossible à réaliser ? Vous vivez au Japon, vous êtes détenteur d’un visa étudiant et vous souhaitez pouvoir travailler pour arrondir les fins de mois ? Voici quelques conseils qui pourraient vous aider à travailler au Japon durant la période de vos études.

Beaucoup souhaitent tenter l’expérience de vivre, travailler et étudier au Japon. Pour ce faire, le passage par une école de japonais et la case visa étudiant est souvent une étape incontournable. En effet, des études du japonais vous permettront, de muscler votre niveau de langue, de vous donner le temps de bien comprendre le Japon et finalement, de choisir éventuellement votre université et la carrière que vous envisagez dans l’archipel.


Téléchargez « Vivre au Japon »
Notre guide pour accompagner les étudiants dans leur installation au Japon

Vivre au Japon, c’est aussi un investissement financier

Seulement voilà, un tel projet, s’il est souvent l’aboutissement d’une passion pour le Japon, est aussi un investissement onéreux : les billets d’avion, le logement, la vie quotidienne, les transports et les sorties peuvent très vite peser sur vos finances.

Dans ce contexte, une autorisation de travailler sur le sol japonais peut vous permettre de plus facilement boucler votre budget.

Le marché de l’emploi au Japon

Avec 2,8% de demandeurs d’emploi début 2017 (Le chiffre a augmenté suite à la pandémie du COVID-19, mais reste très inférieur à ceux de nombre de pays européens), le Japon traverse en ce moment une période de plein emploi et de nombreuses offres ne trouvent pas preneur. Pour les étudiants, il existe ce que l’on appelle ici les baito (バイト). Les baito sont des petits boulots.

À Tokyo, restaurants, hôtels, boutiques, éditeurs de jeux vidéo ou encore écoles de langue étrangères cherchent régulièrement des équipes sur ce type de contrat. Il est parfois demandé un niveau minimum de japonais, mais il n’est pas rare que certaines entreprises engagent des débutants qui travailleront en anglais ou dans leur langue natale.

Peut-on travailler avec un visa étudiant ?

Le visa étudiant est un document qui vous donne la permission de résider sur le territoire japonais dans le but unique d’y étudier. Par nature, ce visa n’autorise pas son détenteur à travailler. Pour autant, dans le but d’améliorer votre quotidien et de vivre plus sereinement au Japon, vous pouvez effectuer une demande de dérogation vous autorisant à travailler sur le sol japonais avec un visa étudiant. Toutefois, afin d’entamer dans les meilleures conditions possible vos études du japonais, nous vous conseillons vivement de ne pas travailler durant les 3 premiers mois de votre séjour.

Work in Japan with a student visa

Faire une demande d’autorisation de travail pour un visa étudiant au Japon

Pour commencer, rendez-vous sur le site internet de l’immigration et imprimer le document intitulé : Autorisation de s’engager dans une activité autre que celle permise par le statut de résident précédemment délivré. (Permission to Engage in an Activity Other Than That Permitted by the Status of Residence Previously Granted). Ceci fait, remplissez le document. Vous devrez déposer ce dernier au bureau de l’immigration. Il vous sera également demandé votre passeport et votre carte de résident étranger. Notez que sous certaines conditions, vous pouvez travailler dans votre université sans effectuer de changement de statut.

Une fois l’autorisation obtenue, il vous sera donné la permission de travailler jusqu’à 28 heures par semaine. De quoi améliorer votre quotidien durant vos études au Japon.

Attention !

Les services de l’immigration sont souvent très sollicités. Il est conseillé de vous y rendre avant l’ouverture des portes, sans quoi vous devrez très probablement affronter de longues heures d’attentes.

L’obtention d’un visa étudiant au Japon reste conditionnée aux garanties financières présentées par le candidat. La promesse d’un emploi à temps partiel sur le sol japonais ne vous en exonère pas. Le travail ainsi obtenu devra avoir pour but d’améliorer votre quotidien, pas de financer vos études.

Secteurs d’activités interdits aux étudiants étrangers au Japon

Une fois la dérogation obtenue, les étudiants étrangers pourront immédiatement débuter leur travail. Toutefois, même avec autorisation, certains secteurs restent strictement prohibés.

C’est le cas par exemple, de la plupart des métiers liés à la nuit et aux débits d’alcool. Ainsi, un étudiant ne pourra-t-il pas exercer le métier d’hôte dans un club nippon. Aussi, il est également interdit de travailler dans les salles d’arcades et dans les pachinko. Enfin, les salons de massages, les commerces pour adultes et les love hôtels seront également interdits.

Risques encourus si vous exercez une activité interdite aux étudiants au Japon

Si vous êtes étudiant, sachez qu’être employé par ce type de lieux, même si vous n’êtes pas directement impliqué dans les activités sus-nommée constitue en soi une infraction à la règle. Une telle violation peut vous exposer à une annulation de votre visa d’étudiant et à une expulsion du territoire japonais.

download your resume sample