Beaucoup rêvent de venir vivre pour étudier au Japon. Pourtant, souvent par manque d’information, nombre de volontaires n’iront pas au bout de leur projet. Pour aider les candidats aux études au Japon à y voir plus clair, SNG vous propose ce guide complet. Il regroupe, l’ensemble des démarches, des informations et des éléments utiles à connaître afin de vous aider à planifier vos études au Japon.

Vous vous demandez quel budget il vous faut pour étudier au Japon ? Vous souhaitez connaître les solutions d’hébergement à Tokyo, savoir comment obtenir un visa étudiant pour le Japon ou savoir si vous pouvez travailler pendant vos études au Japon. Pour ces questions et pour bien d’autres encore, vous trouverez tout ce qu’il vous faut pour vous préparer dans cet article.

Si vous souhaitez aller plus loin. Nous vous conseillons de télécharger gratuitement notre guide « Vivre au Japon« . Ce magazine rassemble plus de 30 pages de conseils pour organiser et planifier vos études au Japon. Un indispensable.

Étudier au Japon. Contenu de l’article

  • Pourquoi étudier au Japon ?
  • Est-ce que je peux faire carrière au Japon après mes études ?
  • Se loger à Tokyo
  • Les transports en commun à Tokyo
  • Quel visa pour étudier au Japon ?
  • Travailler au Japon pendant mes études
  • Étudier au Japon. Comment préparer son départ ?

    Pourquoi étudier au Japon ?

    Entre 2010 et 2019, le nombre d’étrangers venus étudier au Japon est passé de 140 000 à 300 000. Ce chiffre, une fois la pandémie du COVID-19 passée, devrait encore augmenter. C’est en tout cas ce à quoi aspire la politique du gouvernement japonais.

    Le japon manque d’étudiants

    Le Japon traverse actuellement une crise démographique. Celle-ci mène l’archipel à faire face à une baisse sans précédents du nombre de ses habitants. Ainsi, les démographes projettent-ils un déclin de la population japonaise, qui passerait de 127 millions en 2015, à 88 millions en 2065.

    Si cette dépopulation fait principalement ressentir ses effets sur le marché de l’emploi, les universités japonaises aussi manquent d’étudiants. L’archipel se doit donc de réagir et d’attirer, des ouvriers, mais aussi des étudiants afin d’enseigner les méthodes japonaises et de former les cadres et ouvriers spécialisés de demain. Afin de compenser ces manques, les Écoles et Universités japonaises sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers l’étranger.

    Un système universitaire de qualité

    Mais les avantages d’une place à l’université ou l’assurance d’un emploi au sortir des études ne sont pas les seules bonnes raisons de venir étudier au Japon. Le système universitaire japonais est parmi les meilleurs du monde et l’enseignement y est l’un des moins chers parmi les pays riches.

    En outre, le Japon est un pays d’innovation et de recherche à la tête d’un système universitaire performant. Ainsi, avec 70,2 chercheurs pour 10 000 habitants, le Japon est l’un des pays qui investissent le plus dans le développement et de ceux qui possèdent le plus grand nombre de chercheurs par habitant. Par ailleurs, avec 17 chercheurs récompensés entre 2000 et 2017, le Japon est également l’un des pays parmi les plus récompensés au monde par les célèbres prix Nobel.

    download your resume sample

    Apprendre le Japonais en immersion

    En 2017, près de 30% des 267 000 étrangers venus étudier au Japon suivaient un cursus en école de japonais. C’est la discipline la plus étudiée par les étrangers de l’archipel. L’immersion est bien évidemment la meilleure façon d’apprendre une langue et le japonais ne fait pas exception à cette règle.

    Ainsi, il existe des centaines d’écoles de japonais au Japon. Chacune propose des formats et des programmes variés. Il sera donc possible aux apprenants de choisir parmi un large spectre de possibilités, de programmes et de durées de séjours.

    Les programmes de trois mois au Japon

    Ceux-ci permettent de venir au Japon pour trois mois afin d’étudier le Japonais en immersion. L’avantage de ce format est que les ressortissants d’un grand nombre de pays peuvent y avoir accès sans faire de demande de visa. Ceux-ci viennent alors sur la durée légale d’un séjour touristique au Japon. Renseignez-vous auprès de votre ambassade pour connaître les règles concernant les séjours touristiques au Japon pour les ressortissants de votre pays.

    Les programmes longs d’études du japonais

    Ceux-ci durent généralement de 6 mois à deux ans. Ils permettent un vrai apprentissage du Japonais qui, s’il est accompagné d’un travail studieux, devrait mener l’étudiant à franchir de nombreuses étapes dans sa maîtrise de la langue. Par exemple, Il est tout à fait envisageable de passer du niveau débutant au N3 en deux ans. Certains élèves peuvent même atteindre le N2.

    Les programmes Business, pour travailler au Japon

    Les parcours en japonais des affaires sont souvent dédiés aux étudiants disposant déjà d’une bonne maîtrise de la langue et souhaitant s’orienter vers une carrière au Japon. Les programmes sont organisés sur différents axes. Pour commencer, ils offrent des cours orientés sur le japonais utile en milieu professionnel. Aussi, ils comprennent généralement des cours sur l’étiquette et la bienséance en entreprise japonaise. Enfin, vous y apprendrez les expressions utiles ainsi que la manière de faire des présentations orales, des rapports, de la documentation pour vos réunions.

    Étudier au Japon. Tout savoir avant de partir

    Quel visa pour étudier au Japon ?

    C’est la première barrière à passer pour toute personne souhaitant venir vivre et étudier au Japon. Le visa est le document qui conditionnera votre séjour et la durée de celui-ci. Il est possible d’étudier au Japon sous différentes formules. Nous allons ici aborder les trois principales.

    Le visa étudiant pour le Japon

    C’est la solution la plus pertinente. Le visa étudiant est une obligation pour les personnes souhaitant étudier pour une période supérieure à la durée maximum légale du séjour touristique pour les ressortissants de leur pays (souvent trois mois).

    En premier lieu, pour obtenir un visa étudiant, le demandeur devra avoir décidé de l’établissement dans lequel il souhaite étudier. Ceci fait, les démarches d’inscription entamées, son futur établissement se chargera d’effectuer la demande du certificat d’éligibilité auprès des services de l’immigration japonais.

    Le Certificat of Eligibility (COE) est un document administratif permettant de justifier une demande de visa et de prouver aux services de l’immigration que l’établissement dans lequel le demandeur souhaite étudier accepte de le recevoir en tant qu’étudiant.

    Une fois le COE délivré au futur étudiant, celui-ci pourra effectuer sa demande de visa auprès de l’administration japonaise. Néanmoins, sachez qu’obtenir le COE n’est pas la garantie de voir votre demande de visa étudiant acceptée. Il vous faudra encore constituer le dossier, apporter les documents nécessaires. Vous avez tous les détails sur les démarches pour obtenir un visa étudiant pour le Japon dans cet article.

    Le permis vacances travail au Japon

    Le PVT, ou permis vacances travail ou encore working holiday visa, est aussi une option envisageable pour venir étudier au Japon. Le PVT est issu d’accord entre le Japon et les pays autorisés. Son but est de favoriser la mobilité des jeunes et de créer des liens entre le Japon et les pays bénéficiant de ce programme.

    Le PVT est un visa qui permet à son bénéficiaire de venir au Japon pour une durée supérieure à celle autorisée pour les séjours touristiques des ressortissants de son pays. En outre, il permet également à son bénéficiaire de travailler au Japon afin que celui-ci puisse subvenir à ses besoins. Ce visa –qui pour le Japon n’est accessible qu’à un nombre restreint de pays– et les règles qui le cadrent, varient énormément d’un pays à l’autre. Aussi, pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous reporter à l’article dédié au Permis vacances travail au Japon, que vous trouverez en lien sur notre site. Pour connaître tous les détails vous permettant d’étudier et de travailler au Japon avec un PVT, nous vous renvoyons à la lecture de cet autre article.

    Étudier au Japon pendant trois mois avec un visa touriste

    Au Japon, il existe un statut de « touriste ». Celui-ci est associé à une exemption de visa valable pour les ressortissants d’un très grand nombre de pays étrangers. On le nomme parfois aussi « Visa tourisme », mais dans les faits, il n’y a aucune démarche de demande de visa à effectuer. Les citoyens des pays concernés se voient, à leur arrivée au Japon, octroyer une autorisation de séjourner sur le territoire de l’archipel. La durée de cette exemption de visa peut varier. Toutefois, elle se situe généralement aux environs de trois mois.

    Le visa touriste au Japon existe aussi. C’est un document dont les ressortissants de certains pays devront effectuer la demande avant d’entrer sur le territoire japonais pour un séjour de courte durée. Les pays devant effectuer cette démarche sont : La Chine, la Russie, les Philippines, le Vietnam, les pays de la CEI et la Georgie.

    Il est tout à fait possible de profiter d’un séjour touristique pour venir étudier au Japon. D’ailleurs, les écoles proposent très souvent des cycles permettant d’étudier le japonais au Japon pendant trois mois. Ceux-ci sont spécifiquement pensés pour correspondre à ce format de séjour. C’est d’ailleurs le cas de SNG qui propose une rentrée pour chaque saison de l’année.

    Étudier au Japon. Tout savoir avant de partir

    Est-ce que je peux travailler pendant mes études au Japon ?

    L’une des premières questions que les futurs étudiants au Japon se posent lorsqu’ils se trouvent à l’étape de la préparation de leur projet est immanquablement : « est-ce qu’il est possible de travailler pendant ses études au Japon ? » Inutile de faire durer le suspense. La réponse est oui, mais pas n’importe comment, ni dans n’importe quel domaine. L’accès au marché du travail des étudiants étrangers est très strictement encadré et le moindre écart peut être très sévèrement réprimé par les autorités japonaises.

    Démarches pour travailler au Japon avec un visa étudiant

    Ainsi, pour travailler au Japon avec un visa étudiant, devrez-vous préalablement : effectuer une demande de dérogation auprès des services de l’immigration japonais, renseigner ce document, déposer le dossier aux services concerné accompagné de votre visa.

    Ceci fait, vous devriez obtenir une autorisation vous permettant de travailler à la hauteur de 28 heures par semaine.

    Les domaines d’activités interdits aux étudiants étrangers au Japon

    Le droit japonais offre un accès libre à la plupart des activités professionnelles et des secteurs d’activités. Toutefois, il vous sera interdit d’évoluer sur des emplois liés à certains secteurs de la nuit tels que les bars, les bars à hôtesses, les salles d’arcades, les pachinkos, les love hôtels, les vidéos clubs et autres boutiques pour adultes, les salons de massage.

    Travailler au Japon durant un séjour touristique

    Nous l’évoquions un peu plus haut dans cet article, si la durée des séjours touristiques des ressortissants de votre pays le permet, il est tout à fait envisageable de venir afin d’étudier trois mois au Japon. C’est d’ailleurs une opportunité que de très nombreux élèves saisissent chaque année en s’inscrivant à l’un des quatre trimestres saisonniers que propose SNG.

    Néanmoins, sachez que s’il est possible de venir étudier en bénéficiant des règles liées aux séjours touristiques sur le territoire japonais, il vous sera en revanche formellement interdit d’effectuer une activité professionnelle dans l’archipel durant ce même séjour. Vous devrez donc disposer de l’intégralité de la somme nécessaire pour couvrir vos dépenses, logement, nourriture, sorties, transports et scolarisation à votre entrée sur le territoire japonais.

    Trouver un travail étudiant au Japon

    Ce n’est un secret pour personne, le Japon manque de bras, trouver un travail étudiant ne devrait donc pas être la tâche la plus difficile à affronter. Si un bon niveau de japonais ouvre immanquablement plus de portes, il n’est pas impossible de parvenir à trouver un emploi étudiant avec un niveau intermédiaire voire débutant.

    Promenez vous dans votre voisinage, vous verrez probablement des posters de recrutement sur les devantures des commerces. Rendez-vous dans les restaurants ou les commerces spécialisés dans les produits de votre pays.

    Tournez vous vers votre communauté, il arrive souvent que les anciens sur le départ transmettent leur poste aux nouveaux venus. De nombreux sites internet dédiés au travail pour les étudiants existent, ceux-ci diffusent chaque jour un nombre grandissant d’annonces et d’offre d’emploi.

    Étudier au Japon. Tout savoir avant de partir

    Est-ce que je peux faire carrière au Japon après mes études ?

    Le Japon serait le pays du monde dans lequel les étudiants trouvent le plus rapidement du travail. En effet, nous avons vu un peu plus haut que le Japon traverse une crise démographique lourde de conséquences. Aujourd’hui, le marché de l’emploi est tel, que les entreprises se rendent directement dans les universités afin de recruter les étudiants avant la fin de leurs études. Dans ce contexte, ce sont près de 95% des étudiants japonais qui trouvent un emploi avant même la fin de leurs études.

    Le Japon est un pays qui garantit l’avenir de ses étudiants par l’assurance de trouver du travail et de faire une carrière à la mesure des diplômes obtenus. Ainsi, pour le gouvernement japonais, l’objectif est simple. Une partie des jeunes étrangers venus étudier dans l’archipel aura pour vocation de prendre la relève. Il devront combler le manque de main d’oeuvre et compenser les départs à la retraite dans les entreprises de la troisième économie du monde.

    Le marché du travail au Japon

    Au Japon, le nombre d’adultes entrant sur le marché du travail diminue d’année en année. Le pays, déjà en plein emploi, se retrouve dans l’incapacité de compenser les départs à la retraite avec son vivier intérieur. Ainsi, on estimait en 2018 que pour 100 demandeurs d’emploi, il y avait en moyenne 150 offres de publiées.

    Quel niveau de Japonais pour travailler au Japon ?

    Le recours à l’immigration est une alternative évidente pour le Japon. Mais là aussi, certaines contraintes demeurent et doivent être prises en compte par les volontaires à l’expatriation vers l’archipel.

    Ainsi, vous sera-t il demandé un certain niveau de Japonais, vous permettant, dans le meilleur des cas, d’au moins pouvoir échanger avec vos collègues de travail. En outre, on estime qu’il est préférable d’avoir atteint le N2 du test du JLPT avant d’envisager une carrière au Japon.


    Téléchargez « Vivre au Japon »
    Notre guide pour accompagner les étudiants dans leur installation au Japon

    Se loger à Tokyo

    C’est probablement l’une des premières questions à laquelle cherche à répondre les candidats aux études au Japon. Où se loger au Japon ? Combien coûte un appartement à Tokyo ? Est-ce que je peux prendre une collocation à Tokyo ?

    Louer une chambre à Tokyo

    Il existe de nombreuses solutions d’hébergement à Tokyo. Pour les étudiants, la plus simple reste celle de la sharehouse. Les sharehouses sont des appartements partagés que les étudiants peuvent louer à des entreprises spécialisées.

    Ces solutions offrent un accès à des chambres simples, doubles ou en dortoirs. Ces logements partagés ont le plus souvent l’avantage d’être entièrement équipés, de posséder une connexion internet, la TV, une machine à laver, une cuisine équipée et tout le nécessaire pour vivre confortablement au Japon.

    Les prix peuvent varier selon le quartier, la taille et l’âge du logement. Toutefois, pour vous donner un ordre d’idée, sachez que louer une chambre à Tokyo, à 30 minutes de notre école, coûte aux environs de 75 000 yens par mois. Enfin, autre avantage de ce type de solution, les équipes sont souvent internationales. Elles sont généralement en mesure de fournir un service multilingue, en anglais et dans de nombreuses autres langues.

    Vous pourrez retrouver une liste des entreprises avec lesquelles nous travaillons le plus régulièrement dans notre article consacré à comment louer une chambre à Tokyo ?

    Louer un appartement à Tokyo

    La seconde solution envisagée par les étudiants au Japon, est généralement celle de la location d’un appartement. Toutefois, il est important que vous soyez bien renseignés avant d’opter pour cette formule. En effet, louer un appartement à Tokyo est particulièrement coûteux et difficile.

    Dans ce domaine, sur le plan des difficultés, on peut commencer par celle de la langue. Les agences immobilières et les propriétaire japonais rencontre souvent le plus grand mal à communiquer en anglais. Ce point mène souvent les acteurs du milieu à refuser tout simplement de louer aux étrangers. Si ce problème tend à s’améliorer avec le temps, un autre obstacle vient souvent s’ajouter à ce premier. Celui du coût de la location d’un appartement à Tokyo.

    Louer un appartement à Tokyo est particulièrement dispendieux. Pour commencer, à l’entrée, vous devrez généralement verser l’équivalent de deux mois de loyer. À ceux-ci, vous devrez ajouter un mois de loyer pour les frais d’agence. Ensuite, vous devrez également verser une caution pouvant s’élever de un à deux mois de loyer. Enfin, spécificité japonaise ; vous devrez également ajouter le “reikin” ou cadeau au propriétaire. Celui-ci s’élève généralement de un à trois mois de loyer.

    Ainsi, estime-t-on qu’il est nécessaire de débourser jusqu’à quatre fois le prix du loyer avant de rentrer dans l’appartement. Dans ce contexte, amortir le prix d’entrée dans un appartement ne peut se faire que si vous avez l’assurance de rester un certain temps au Japon.

    Étudier au Japon. Tout savoir avant de partir

    Les transports en commun à Tokyo

    À Tokyo, les transports en commun sont redoutablement efficaces. En contrepartie, ils sont relativement coûteux. En effet, dans nombre de pays le prix à payer pour l’achat d’un ticket de métro est fixé à l’unité. A contrario, au Japon, ce prix est fixé en fonction de la distance que vous avez à parcourir. Ainsi, les transports font-ils souvent parti des postes de dépenses qui pèsent sur le budget des foyers tokyoïtes.

    Par exemple, pour :
    Venir à Takadanobaba en partant de Nakano station vous coûtera : 170 yens.
    Rejoindre la station de Shibuya depuis Takadanobaba : 170 yens.
    Pour aller de Shimokitazawa à Takadanobaba : 300 yens.
    Et pour vous rendre à Shinjuku, depuis Takadanobaba : 140 yens.

    Même si vous optez pour l’achat d’un vélo, vous aurez probablement régulièrement à utiliser les transports en commun. Dans ce cas, pensez à vous doter d’une carte à puce de transport (Suica, Passmo…). Elles sont disponibles dans la plupart des gares. Cela réduira un peu le coût des déplacements et surtout, vous épargnera énormément de temps en achat de ticket.

    Tags: